La raison d’être en entreprise


Depuis quelque temps, l’on parle souvent de la raison d’être d’une entreprise. Mais qu’est-ce qu’on entend exactement par cela ? Les lignes suivantes vont vous aider à mieux cerner cela.

Comment peut-on définir la raison d’être en entreprise ?

C’est son objectif, le petit plus qu’elle va apporter à la société ou au public, en dehors de sa principale activité. Cette raison d’être d’une entreprise répond aux questions liées au développement durable. Lors de son intervention au sein du gouvernement français, Jean-Dominique Senard, un homme d’affaires français, a défini cette raison d’être comme un élément qui va permettre de relier le passé au présent. Il souligne que c’est l’ADN de l’entreprise et qu’elle n’a pas de liaison avec l’économie, mais elle est relative à la vision et au sens. Vous remarquerez que les entités anglo-saxonnes définissent cette raison d’être dans leurs statuts, notamment dans la clause où elles indiquent « purpose » ou « mission statement ».

La raison d’être de plus en plus évoquée

Suite au rapport de Jean-Dominique et Nicole Notat remis au Ministère de l’Economie en mars 2018, on revoit cette « raison d’être en entreprise » dans le centre des débats. Dans ce rapport, ces personnes connues du monde des affaires français donnent une définition à cette notion comme étant une réponse à court terme dans la gestion des entreprises. Elles mentionnent d’ailleurs que la raison d’être devrait être la ligne directrice des conseils d’administration dans la prise de décision.
Une année plus tard, s’inspirant de ce rapport, la loi relative à la croissance et à la transformation des entreprises, plus précisément la loi PACTE, voit le jour et reprend l’expression « raison d’être ». Dans ces textes, on peut comprendre que les entreprises peuvent évoquer leur raison d’être dans leurs statuts. Il est d’ailleurs mentionné que la raison d’être rassemble tous les principes que l’entreprise véhicule et qu’elle s’engage à respecter dans le cadre de la réalisation de son activité. Dans la loi PACTE, il n’y a pas d’obligation d’indiquer cette raison d’être dans les statuts, ce qui fait qu’à ce jour elle n’a pas encore d’existence juridique. De nombreuses structures choisissent de la formuler sans l’inscrire dans les statuts.

Quelques exemples de raisons d’être

Pour que vous puissiez mieux comprendre cette raison d’être en entreprise, nous allons vous présenter celles de certaines grandes structures. Vous pourrez également vous inspirer de celles-ci pour définir la vôtre. Pour Michelin, par exemple, c’est « offrir une meilleure façon d’avancer ». Dans son activité, Orange s’est fixé comme raison d’être « Etre l’acteur de confiance qui donne à chacune et à chacun les clés d’un mode numérique responsable ». Pour Carrefour, la mise en pratique de sa raison d’être qui est de « Proposer à ses clients des services, des produits et une alimentation de qualité et accessibles à tous » se traduit par son objectif d’être leader dans la transition alimentaire de tous, et ce, par la compétence de ses collaborateurs, sa démarche responsable et pluriculturelle, son ancrage dans les régions, sa facilité d’adaptation aux modes de production et de consommation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *