Résister à la pression


La pression au travail ne provient pas forcément ni uniquement de facteurs extérieurs : le patron, les clients, des deadlines imposés par des entreprises partenaires etc.

Les conséquences de la pression au travail

La pression peut venir de soi-même : une mauvaise organisation de son travail, un manque de concentration et d’autres facteurs qu’on aurait pu soi-même créer et instaurer. Mais quelle que soit la provenance de la pression, les résultats sont les mêmes : manque d’enthousiasme, tensions permanentes, rancœurs, épuisement moral, bref, le stress. Il y a certaines choses que l’on peut faire pour résister à la presion. Comment les mettre en oeuvre pour se sentir bien au travail et accomplir sereinement ses missions ?

Être moins sous la pression

Certains dirigeants ont le chic de faire porter le chapeau à leurs employés dès que quelque chose cloche au sein de l’entreprise. Ils sont dans la critique, ils les accusent d’incompétence, ce qui finit par faire croire aux salariés que le problème vient d’eux, essentiellement. Souvent aussi, ils perdent de l’assurance et de l’estime de soi. Dans ce genre de situations, il est important de prendre le recul nécessaire, de prendre de la distance pour cesser de culpabiliser. Il faut aussi se fixer ce qu’on est prêt à accepter comme critiques ou pression, ce qu’on n’accepterait pas non plus. Bref, se donner des limites et se prendre en main et ne pas subir sans réagir.

Conseils pour résister à la pression

Si la pression est trop forte, il est peut-être temps de se demander si effectivement on n’est pas responsable d’une manière ou d’une autre de la situation. Est-ce qu’on a une charge de travail trop importante mais on ne demande pas de l’aide, par exemple un intérimaire ? Est-ce qu’on manque de matériels mais qu’on n’a jamais négocié pour en avoir ? Ce genre de questionnement aide à s’évaluer, et ensuite à faire le nécessaire pour améliorer son cadre de travail, pour être moins sous pression. Parfois, et même bien souvent, le patron est responsable de la pression. Dans ce cas, il faut analyser sa personnalité, comment il fonctionne, comment il dirige et lui dire qu’on comprend tout cela, ce qui le rassurera et le poussera à relâcher un peu la pression.

Ne pas s’isoler permet de mieux résister à la pression

Le salarié qui vit sous pression a tendance à s’isoler, à rester dans son coin pour essayer de gérer cela tout seul. Est-ce une bonne solution ? Non. Au contraire, il faut extérioriser ses problèmes et ses sentiments à quelqu’un. Peut-être y a-t-il d’autres collègues pris dans la même spirale de stress et l’entraide serait la bienvenue. Dans tous les cas, parler à des collègues dignes de confiance, à des amis, à des proches, de la pression subie permet d’évacuer le trop-plein, de mettre des mots sur les ressentis, de chasser, ne serait-ce qu’un peu, l’angoisse qui étreint en permanence. Il est alors plus facile de relativiser. Il est même possible de se tourner vers un psy le cas échéant ou un coach hors de l’entreprise.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *